Search...

Παρασκευή, 10 Φεβρουαρίου 2012

[FR] LA BARRIERE ANTI-MIGRANTS EN GRECE NE REGLERA RIEN DU TOUT, SELON LE PRESIDENT DE LA COMMISSION DES MIGRATIONS



  « Les personnes qui tentent d’atteindre l’Europe chercheront des routes alternatives », a-t-il poursuivi. « Nous l’avons déjà vu avec la région méditerranéenne ; lorsque les obstacles sont renforcés les routes migratoires se déplacent. Les flux migratoires passent désormais par la Turquie. Ils passeront bientôt par des routes encore plus dangereuses, à travers les montagnes pour arriver en Europe depuis les pays du Nord-Est », a-t-il ajouté.

« La solution est ailleurs. La Grèce est sur les genoux, elle a besoin d’assistance et de soutien. L’Europe doit faire preuve d’une plus grande solidarité pour partager la responsabilité en matière migratoire. La Grèce n’a besoin ni du système de Dublin, qui répartit de manière inéquitable les responsabilités en matière d’asile en Europe, ni d’une barrière de barbelés qui risque d’être plus décorative qu’efficace », a –t-il conclu.

9/2/2012